Archives de catégorie : ♥ Coups de coeurs de Pryscilla ♥

Malgré tout, de Jordi Lafebre

37 ans après leur première rencontre, Anna et Zeno se retrouvent, enfin. Par petites scènes, on remonte le fil de leur histoire d’amour, menée en parallèle de leur vies respectives, instants de complicités, de passions et de tendresses, jusqu’à leur première rencontre.

Ce magnifique roman graphique met en scène une belle histoire d’amour atypique. On remonte dans le temps sur leurs traces pour mieux reprendre la lecture dans le sens chronologique sitôt terminée !

Fin de saison, de Thomas Vinau

Coup de cœur de Pryscilla

« Qu’est-ce qui nous tient quand tout s’écroule ? »

Il existe des gens auprès desquels on se dit qu’on aurait toutes les chances de survivre à la fin du monde, Victor, n’en fait pas partie. Loser magnifique, fainéant jusqu’à l’art d’en vivre, bricoleur picoleur du quotidien, cet anti-héros ne nous vend pas du rêve. Reclus dans sa cave alors que les éléments se déchaînent, coincé entre la cuve à fioul et les cartons prêts pour le prochain vide grenier, avec pour seuls compagnons d’infortune un chien et Cono le lapin, ses chances d’être celui qui sauvera le monde et ses proches sont minces.

Dans ce roman où l’humour noir et l’ironie côtoient la poésie qui le caractérise, Thomas Vinau, nous livre les états d’âmes et réflexions d’un « monsieur tout le monde » confronté à l’effondrement. Évidemment, on s’y retrouve ! On aimerait pouvoir se convaincre que dans la même situation, on serait de ceux qui prennent les choses en main. Mais, il y a fort à parier qu’à l’image de Victor, bon nombre choisirait la gnôle et les conserves de grattons de canard.

Auteur génialement protéiforme, (romans, nouvelles, jeunesse et poésie entre autres) Thomas Vinau n’en finit pas de nous étonner. Ne passez pas à côté de ce livre, lucide contre pied à notre époque dopée à l’efficacité et aux résultats, vous sourirez, vous rirez et, même, vous réfléchirez !

Aux lecteurs charmés, à ceux qui ne le connaîtraient pas encore, à tous, le magnifique « Ici ça va » du même auteur est disponible aux éditions 10/18.

« Mais non monsieur, tu veux te plaindre, tac tac, on te fout une fin du monde. T’auras des bonnes raisons de chialer comme ça. Ah tu crois que le temps qui passe est une saloperie ? Tu vas voir qu’il y a pire mon cochon. Bien pire. »

Le blog de l’auteur, c’est ici : http://etc-iste.blogspot.com/

Les dynamiteurs, de Benjamin Whitmer

Coup de cœur de Pryscilla

1895. Une bande d’orphelins menée par deux adolescents, Cora et Sam, tente de survivre dans le cloaque des bas fonds de Denver… Pas de quartier pour ces enfants laissés pour compte, il faut lutter pour manger et grandir en échappant au monde des « Crânes de Nœud » soit les adultes séparés en deux catégories : les putes ou les voyous.

« C’était que d’être adulte est en soi-même un genre d’arnaque. »

Lorsque Goodnight, géant au visage mutilé et muet, fait son entrée dans leur repère, Sam veut croire à une forme de salut… Mais, le jeune garçon se retrouve bien vite entraîné dans des affaires toutes aussi violentes que sordides et bientôt, face à l’engrenage dans lequel il a mis le doigt, Sam comprend qu’un premier mauvais choix n’est que le début d’une très longue série…

« Il y a une forme de salut dans le fait de haïr la merde qui est à l’extérieur de vous plutôt que la merde qui est à l’intérieur de vous. »

« La quintessence du noir » dit Pierre Lemaitre… Nous y sommes ! Sans pour autant rivaliser complétement dans la noirceur avec le précédent roman de Whitmer, Evasion (Collection « Totem », éditions Gallmeister) qui est un modèle du genre. Il y a du western dans l’atmosphère de ses pages et également un regard bienveillant, presque nostalgique sur les défavorisés. Une lecture qui ne laisse forcément pas indifférent entre hauts le cœur et moments de tendresse…

La petite dernière, de Fatima Daas

Coup de cœur de Pryscilla

Le récit autobiographique d’une jeune femme française d’origine algérienne et musulmane, troisième fille de sa fratrie, qui cherche et interroge sa place au sein de sa famille, de sa communauté et de sa religion. Déchirée entre l’affection pour ses proches et la réalité de ce qu’elle est au plus profond d’elle même, c’est cette souffrance terrible face à l’inconciliable qui parcourt les pages de Fatima Daas… Femme, lesbienne, française, mulsulmane, banlieusarde ; Comment se forger et s’accepter, être soi sans décevoir ni Dieu ni les siens, apprendre à aimer et accepter de l’être en retour sont autant de questionnements qui jalonnent ce tout jeune parcours de vie.

Un premier roman d’une grande force, entre litanie et prière, dont chaque début de « chapitre » accueille le lecteur par cette vérité immuable : « Je suis Fatima Daas ». Un texte et une voix qui portent avec puissance le sujet encore trop tabou de l’homosexualité dans la religion musulmane.

Le sanctuaire, de Laurine Roux

Coup de cœur de Pryscilla

Un virus transmis par les oiseaux a mis l’humanité à genoux, une famille trouve refuge dans une cabane isolée dans la montagne et tente d’y survivre dans une nature à la fois rude et généreuse…

Gemma a vu le jour dans le sanctuaire, sans rien connaître du monde tel que nous le parcourons… June, sa sœur et Alexandra, leur mère, regrettent ce passé perdu, dont le moindre détail est magnifié à travers les histoires que racontent cette dernière. Le père, dur et intransigeant, convaincu d’agir pour la survie de « son clan », exige de ses filles obéissance et soumission et leur impose un entraînement véritablement militaire. Mais, cette vie (ou ce qui s’y apparente) de privations et d’interdits, exigée au nom de la sécurité de tous, se fissure peu à peu lorsque Gemma rencontre un vieil homme accompagné d’un aigle majestueux…

Un texte d’une grande force pour une lecture « coup de poing »… le premier roman de Laurine Roux, Une immense sensation de calme, annonçait déjà un réel talent et un univers littéraire singulier. Cette seconde publication confirme pleinement les qualités de cette auteure accomplie…

On pense à Mccarthy, dont une citation ouvre le roman, à Thoreau… et au percutant My absolute darling de Gabriel Tallent… Un vrai grand coup de cœur !

Betty, de Tiffany McDaniel

Dans l’Amérique des années 60, la petite Betty grandit dans une grande famille, entre un père indien et une mère blanche, marquée par une enfance difficile. Ils vivent en marge, pauvres mais riches de ce que la terre leur offre et des histoires du père, qui embellissent la réalité et rendent le monde meilleur en l’emplissant de beauté et de merveilleux.

Un roman puisant qui oscille entre dureté et poésie, porté par la voix d’une enfant hantée par la violence du monde et portée par la force ancestrale des femmes cherokee. Une héroïne qui puise sa force dans les mots et l’écriture face à la perte de son innocence, qui l’arrache brutalement à l’enfance.

Non seulement papa avait besoin que l’on croit à ses histoires, mais nous avions tout autant besoin d’y croire aussi… Nous nous raccrochions comme des forcenées à l’espoir que la vie ne se limitait pas à la simple réalité autour de nous. Alors seulement pouvions-nous prétendre à une destinée autre que celle à laquelle nous nous sentions condamnées.

Héritage, de Miguel Bonnefoy

Coup de cœur de Pryscilla

Dans la seconde moitié du 19ème siècle, la crise du Phylloxera en France frappe durement les viticulteurs, ainsi débute l’exil de la famille Lonsonier vers les prometteuses terres Californiennes. Le sort voudra que le premier exilé Jurassien de la famille débarque finalement au Chili avec 30 francs en poche et un pied de vigne arraché à ses parcelles moribondes… Mariages et naissances se succèdent, et les descendants de ce premier Lonsonier du nouveau monde n’auront de cesse d’aller et venir entre leur Chili natal et leur France d’origine au gré des deux guerres mondiales qui marqueront le 20ème siècle jusqu’à l’arrivée au pouvoir d’Allende et le putsch de Pinochet au Chili…

Une saga familiale pleine de rythme dont l’individualité et l’engagement des personnages marquent l’histoire de la famille et de leurs deux pays.

Nature humaine, de Serge Joncour

Coup de cœur de Pryscilla

De 1976 à 1999… de la grande sécheresse estivale à la tempête de décembre, les années Giscard et l’espoir suscité par l’élection de Mitterand, le terrorisme sur le sol national, les luttes écolos et les questions que posent le nucléaire, l’avènement de la grande distribution et la désertification des campagnes… La « petite » histoire d’une ferme familiale du Lot devient prétexte à dérouler la « grande » histoire nationale de la fin du 20ème siècle, dans toute sa complexité et ses contradictions.

Ce roman foisonnant, traversé par une passion amoureuse vécue en pointillés entre Alexandre, héritier presque malgré lui de l’exploitation familiale, et Constanze, sublime Allemande « échappée » de la RDA, étudiante engagée et idéaliste, dessine le portrait d’une France en plein bouleversement, idéologique, social, politique. Le jeune paysan, attaché à sa terre, naïvement convaincu de poursuivre la tradition familiale en toute simplicité, se retrouve bientôt entraîné dans un combat qui dépasse les limites de son monde… Et le projet de cette autoroute qui pourrait bientôt défigurer le paysage des terres familiales et remettre en cause le travail accompli par les parents et grands-parents, l’amènera à prendre des décisions radicales.

Un grand roman et un vrai coup de cœur… Joncour ne nous donne pas de leçons sur ce qui doit être pensé mais déroule intelligemment toutes les questions que pose la grande fuite en avant du sacro-saint progrès.

« Le progrès, c’est comme une machine, ça nous broie. »

Une immense sensation de calme, de Laurine Roux

Chronique de Prycilla

Un simple regard posé sur Igor suffira à ce qu’elle s’abandonne, elle sait qu’elle le suivra… « Elle » ne sera jamais nommée, on comprendra sa jeunesse et sa fougue, et on l’imagine volontiers belle… Les éléments se déchaînent et c’est dans la cabane de la vieille Grisha qu’ils trouveront refuge… Autour du feu, dans les effluves de plantes médicinales, les gestes et les croyances anciennes, s’esquisse peu à peu le passé de chacun et se dessine la suite de leur chemin… Ils reprendront la route et marcheront… apaisés et sans peur, jusqu’à embrasser leur destin.

Dans la nature brute et sublime de ce qui pourrait être une Sibérie post-apocalyptique, l’oeuvre de Laurine Roux devient presque conte… intemporel et hors du temps, tout à la fois. Le roman peuplé de personnages malmenés par la vie, bercés de légendes, cheminant avec les ombres d’un passé tourmenté, et pourtant, splendidement lumineux, enivre par son écriture simple et poétique.

Laurine Roux, professeure de lettres modernes, vit dans les Hautes-Alpes. Une Immense sensation de calme est son premier roman… Une fois conquis par son univers littéraire, il vous faudra attendre août 2020 pour découvrir son deuxième « fils », Le Sanctuaire, qui paraîtra aux Éditions du Sonneur.

Lettre d’amour sans le dire, Amanda Sthers

C’est le hasard qui pousse Alice dans ce salon de thé asiatique, puis à accepter le massage qui s’en suit. Sous les mains expertes, elle renoue avec son corps, dont elle s’était détaché pour oublier ce qu’il avait subit. Lorsque l’homme repart dans son pays, Alice lui écrit une longue lettre où elle confie ce bouleversement qui la réconcilie avec elle-même et se dévoile sans occulter les traumatismes du passé.

Un roman entre pudeur et sensualité délicate d’une femme qui s’ouvre à celui qui, par ses gestes et sa présence, l’a aidé à se libérer de son passé et à s’accepter.