Archives de catégorie : ♥ Coups de coeurs d’Elodie ♥

Le serpent Majuscule, de Pierre Lemaître

Mathilde, la soixantaine, est une petite dame qui se fond dans la masse. Pourtant, sous ses airs de mamie un peu bougonne se cache une tueuse redoutable qui exécute ses missions sans un accro. Mais voilà qu’avec l’âge sa mémoire lui joue des tours, ce qui, combiné à une gâchette un peu facile, n’est pas sans faire d’innocentes victimes…

Un roman noir drôle et savoureux sur les traces d’une vieille dame aussi attachante que déjantée.

Du roi je serai l’assassin, Jean-Laurent Del Socorro

Sinas et Rufaida grandissent à Grenade, tiraillés entre leurs origines musulmanes et le catholicisme imposé, mais aussi entre un père violent et une mère absente. Ils partent étudier la médecine à Montpellier et tenter de percer les mystères de la pierre du Dragon…

Un roman de fantasy historique qui nous plonge en plein XVIe siècle en proie à l’Inquisition et aux guerres de religions.

Le nouveau, de Keigo Higashino

Une femme est retrouvée étranglée dans son appartement en plein cœur de Tokyo. Kaga Kyoichiro, policier nouvellement arrivé, observateur et plein d’humanité, s’attache aux petits détails et en remonte la piste pour plonger dans les secrets des gens qui croisent son enquête : il ne veut pas uniquement arrêter l’assassin, mais aussi comprendre les tenants et aboutissements du crime.

Un roman policier où l’enquête est prétexte à dérouler des tranches de vies.

Solak, de Caroline Hinault

Solak, ultime petit bout de terre dans l’extrême grand nord. Trois hommes y vivent isolés, deux soldats aux passés troubles et un scientifique. Il y en avait un quatrième, qui s’est suicidé. Arrive une jeune recrue pour le remplacer, muette. Sa présence, enrobée de silence, et la grande nuit d’hiver qui approchent exacerbe les tensions.

Un roman noir qui nous plonge dans la rudesse de ce désert blanc dans un huis clos haletant où plane la menace d’un drame.

Une mission tellement conne qu’elle en devenait sublime, garder un drapeau sur un glaçon, revendiquer la propriété du blanc et du vide.

Le désert des couleurs, d’Aurélie Wellenstein

Depuis des siècles, le monde est recouvert d’un immense désert multicolore qui vole les souvenirs de quiconque s’y aventure. Réfugiés au cœur d’un ancien volcan, les hommes sont menacés par la progression des dunes et envoient deux des leurs en quête d’un paradis légendaire. Kabalrai accompagne sa demi-sœur, chargé de veiller sur ses souvenirs et de les recueillir quand le désert les lui arrachera, dépositaire de ses souvenirs, de ses joies comme de ses plus sombres secrets.

Une aventure qui les conduit à dépasser leurs limites aussi bien dans leur lutte contre les éléments que dans celle, plus retorse, contre l’amnésie : qu’est-ce qui constitue notre identité et que sommes-nous sans nos souvenirs ?

Les papillons, de Barcella

Alexandrin, doux rêveur, désenchante lorsqu’il prend conscience que ses papillons ont disparu.
Je les savais ici depuis ma tendre enfance, fidèles et valeureux. Les papillons n’étaient plus là ! Ils avaient déserté mon ventre.”
Ces petits frémissements qui palpitaient au creux du ventre ont laissé place au vide. Il faut les retrouver, réapprendre à aimer. C’est alors qu’arrive Marie…
Comme descendue des cimes où résident les étoiles, telle une épiphanie. Elle s’appelait Marie. C’est l’anagramme d’aimer. Je l’ignorais alors. Je le sais à présent.

Un roman lumineux et enjoué, doux et léger comme une aile de papillon, à la poésie qui fond comme un bonbon sous la langue.

Le livre des deux chemins, de Jodi Picoult

Rescapée d’un accident d’avion, Dawn part sur un coup de tête en Égypte, sur le lieu de fouilles où elle avait travaillé, étudiante. De retour à Boston, reprend le cours de son ancienne vie alors qu’elle a failli s’interrompre. Elle retrouve son mari, sa fille, son travail d’accompagnatrice de fin de vie. Rien n’a changé, c’est toujours la même routine. Vraiment ?

Un roman passionnant qui distille égyptologie et physique quantique en interrogeant sur les choix qui orientent notre vie et les différents destins que nous aurions pu connaître.

Les anciens égyptiens pensaient que le chaos était le premier ingrédient indispensable de l’univers. Il pouvait tout balayer sur son passage, mais c’était aussi l’endroit où l’on pouvait repartir de zéro.”

Juste un mot, de Frédéric Vinclère

Tout commence quand Lou-Victor laisse un mot au fond de la tirelire de son frère à la place de son argent. Paul lui répond et les deux frères, qui n’ont jamais été aussi proches que maintenant qu’ils sont éloignés, entament une correspondance dans laquelle ils vont se confier, et s’épauler.

Un super roman qui parle d’amitié et d’entraide, mais aussi du passage de l’enfance à l’adolescence.

Kitty, T1 : Au clair de la lune, de paula Harrison

Kitty appartient à une famille un peu spéciale : sa mère est une super-héroïne qui enfile un costume de chat à la nuit tombée et part aider ceux qui en ont besoin. Kitty aimerait bien l’imiter, mais elle a trop peur du noir. Jusqu’au jour où un chat vient réclamer de l’aide… Kitty prend alors son courage à deux mains et ose braver sa peur !

Une belle histoire pleine d’aventure et de bienveillance, qui parle de courage et d’entraide. Le texte est souligné par de belles illustrations.

A lire tout seul à partir de 8 ans.