Archives de catégorie : Littérature

Lorsque le dernier arbre de Michael Christie

2038. Les arbres ont progressivement disparu de la surface de la Terre et seules quelques bribes de verdure étonnement intactes témoignent de ce qu’ont pu être les forêts primaires. Voici ce qu’il reste de la planète balayée par des nuages de poussière asphyxiante après ce que l’on a appelé le Grand Dépérissement.

“C’est que seul ce qui est vert empêche le ciel et la terre de s’intervertir.”

La très puissante multinationale Holtcorp, propriétaire de l’un de ces îlots de nature protégée au large de la Colombie-Britannique, en exploite l’attractive rareté auprès de riches touristes prêts à payer des sommes astronomiques pour en fouler les sentiers. Entre ces arbres géants plusieurs fois centenaires, Jacinda use des chaussures qui ne lui appartiennent pas et guide quotidiennement des groupes de privilégiés accros aux selfies et incapables de percevoir la réelle beauté de ce qui les entoure.

Le destin de la jeune femme va brutalement vaciller lorsque lui parvient, par le biais d’un ancien amant aujourd’hui avocat, un mystérieux “livre” susceptible de remettre son avenir en cause… Mais, pour avoir une histoire à raconter, quel sera le prix à payer ?

Ce roman foisonnant et protéiforme joue avec la chronologie et balaie, de 1908 à 2038, plus d’un siècle d’histoire, entre récit familial et fresque sociale empreinte d’écologie. Des forêts canadiennes au Japon, d’une guerre à l’autre, de l’essor de l’industrie à l’exploitation des ressources, la narration s’emballe et entraîne son lecteur dans une lecture qui devient addictive au fil des pages.

Il est également question d’une longue quête des origines et encore davantage d’un questionnement sur ce qui construit le lien entre les individus et ce qui “fait” une famille. Le patrimoine génétique devient foutaise lorsque les sentiments s’en mêlent et l’amour, même si ces formes peuvent surprendre, choquer, déplaire… tient une place centrale dans ces pages.

“Et si la famille n’avait finalement rien d’un arbre ? (…) Si c’était plutôt une forêt ? Une collection d’individus mettant en commun leurs ressources via leurs racines entremêlées, se protégeant les uns les autres du froid, des intempéries et de la sécheresse (…)”

On pense au fantastique “L’Arbre monde” de Powers et les qualités du roman de Michael Christie n’ont rien à envier à ce dernier. Un grand coup de cœur !

Dès le 18 août en librairie, dans la fabuleuse collection “Terres D’Amérique” aux éditions Albin Michel

True Story de Kate Reed Petty

Une bande d’adolescents, classe moyenne américaine… Pas de souci d’argent, d’intégration, libres d’être “jeunes et cons”. Des garçons membres de l’équipe de crosse, qui regardent des filles en s’envoyant quelques bières et un peu de cannabis dans une atmosphère gentiment potache.

Trop d’alcool, Alice inconsciente est raccompagnée chez elle sur la banquette arrière d’une voiture par deux garçons. Ce qui s’est passé, Alice ne s’en rappelle pas et n’a d’autre choix que de croire ce qui est dit. Le rôle dévastateur de la parole commence alors son œuvre.

Il est bien moins question de ce qui est arrivé que de l’engrenage infernal dans lequel les protagonistes vont plonger. La rumeur, qui va se répandre comme une traînée de poudre traverse, façonne chacun des personnages et interroge brillamment la question de la responsabilité…

La construction de ce premier roman de Kate Reed Petty, brillante et maîtrisée, constitue “l’élément clef” du récit : comment raconter ce que l’on ignore et comment se raconter dans une souffrance impossible à affronter ?… Tout est en nuance, sur le fil et aucun de ceux qui sont liés à cette histoire, à la fois tragique et banale, n’est finalement ni complètement coupable ni tout à fait innocent.

Oui, il est évidemment question d’agression sexuelle, de viol, sujet tristement “en vogue” dans les médias et la littérature ces dernières années mais ce qui en est dit dans ces pages va bien au-delà des polémiques actuelles. Le réel et la vérité font-ils le poids face aux certitudes ancrées au fin fond d’un cerveau ? Libre au lecteur de se faire sa propre opinion en refermant le livre, il aura toutes les cartes en main…

Un roman “coup de poing”et profondément juste. A paraître aux éditions Gallmeister le 19 août…

Vers le soleil, de Julien Sandrel

Pour Sienna, Sacha est un oncle un peu fantasque. En réalité, il est un comédien engagé par sa mère pour palier l’absence de son père. Mais quand Tess disparaît, Sacha réalise que son attachement à la fillette est bien plus profond qu’il ne le pensais. Alors qu’on ignore si Tess est encore en vie, Sacha cache la vérité à la fillette et réalise qu’il est prêt à tout pour qu’on ne les sépare pas…

Le serpent Majuscule, de Pierre Lemaître

Mathilde, la soixantaine, est une petite dame qui se fond dans la masse. Pourtant, sous ses airs de mamie un peu bougonne se cache une tueuse redoutable qui exécute ses missions sans un accro. Mais voilà qu’avec l’âge sa mémoire lui joue des tours, ce qui, combiné à une gâchette un peu facile, n’est pas sans faire d’innocentes victimes…

Un roman noir drôle et savoureux sur les traces d’une vieille dame aussi attachante que déjantée.

Le Fleuve des rois de Taylor Brown

L’Altamaha River, en Géorgie… fil conducteur de ce roman aussi noir que précis sur le fond historique.

Trois histoires alternent et se répondent entre légendes et faits réels. Les chapitres enchainés avec la régularité d’un métronome maintiennent le récit dans une tension permanente.

La narration remonte le fil du temps depuis l’expédition française de 1564 pendant laquelle les volontés de conquête et la fièvre de l’or amèneront morts et débâcle. Vient l’histoire de Hiram, pêcheur à la personnalité trouble entre violence et sensibilité à fleur de peau, dont les circonstances de la mort laisse planer le doute. Et enfin, la descente en kayak de la rivière des deux fils de Hiram pour disperser les cendres de leur père dans l’océan… et éclairer, peut-être les zones d’ombre de la disparition de leur père.

Que cache réellement le fond de l’eau ? Et le coeur de ces hommes ?

La lutte et les guerres, sont continuellement présentes… qu’il s’agisse d’affrontement tribal, de se nourrir, de survivre, de sortir la tête de l’eau dans une vie peu accommodante, de conquérir l’amour d’une femme, d’avoir le dessus sur son frère… Le lâcher prise n’est jamais au rendez-vous entre les pages de ce roman.

S’il fouille les aspect d’une nature humaine souvent multi-facettes dans laquelle l’ombre et la lumière s’affrontent, Taylor Brown jongle également avec des préoccupations écolo et ses descriptions de la nature, sublime et hostile, n’ont rien à envier aux plus grandes plumes du genre… Les adeptes de Ron Rash et de Peter Heller s’y retrouveront !

Une belle découverte et un vrai coup de coeur.

La rivière de peter heller

Dans le Nord du Canada, Wynn et Jack se lancent dans une aventure en canoé attendue de longue date, la descente du fleuve Maskwa.

Animés par l’énergie de leur jeunesse, complémentaires et unis par une solide amitié parfois teintée d’une certaine rivalité “virile” sur les questions de pêche et de lecture de la nature qui les entoure, tous les éléments semblent réunis pour que les deux garçons profitent d’une belle promenade bucolique à travers des paysages sublimes et sauvages.

Si Jack avait la vue aiguisée d’un chasseur, Wynn avait beaucoup plus d’expérience en eaux vives et remarquait les lignes et les trous dans les rapides, là où Jack ne voyait que le chaos (…)

Mais, ce roman est signé Peter Heller, tout n’est donc pas si idyllique ! Et l’excursion au grand air prend rapidement une toute autre dimension… Alors qu’un immense brasier enflamme la forêt, les deux hommes devront faire face à l’urgence pour sauver leur peau.

Face aux dangers qui les menacent, chacun découvre chez l’autre un visage jusqu’alors inconnu et la tension va crescendo avec les épreuves que la situation de plus en plus compliquée leur impose. Le froid, la faim et les aléas de cette bonne vieille nature humaine, rien ne leur sera épargné.

Peter Heller, dans ce quatrième roman traduit chez Actes Sud confirme encore une fois que son amour de la nature et de l’aventure n’a d’égal que son goût pour le roman noir. Une descente de rivière vertigineuse qui fait rimer supense, poésie et “nature writing” sans jamais se départir d’une solide humanité… Laissez-vous embarquer !

Je vais enfoncer une porte (facilement) ouverte et vous dire que tout cela à un petit goût de “Délivrance” (avis aux amateurs ! pas de banjo mais quelques notes de guitare)… et une pensée également pour le “Sukkwan Island” de David Vann.

Du même auteur, La Constellation du chien (Actes Sud, 2013), Peindre, pêcher et laisser mourir (Actes Sud, 2015) et Céline (Actes Sud, 2015 et 2019).

Les papillons, de Barcella

Alexandrin, doux rêveur, désenchante lorsqu’il prend conscience que ses papillons ont disparu.
Je les savais ici depuis ma tendre enfance, fidèles et valeureux. Les papillons n’étaient plus là ! Ils avaient déserté mon ventre.”
Ces petits frémissements qui palpitaient au creux du ventre ont laissé place au vide. Il faut les retrouver, réapprendre à aimer. C’est alors qu’arrive Marie…
Comme descendue des cimes où résident les étoiles, telle une épiphanie. Elle s’appelait Marie. C’est l’anagramme d’aimer. Je l’ignorais alors. Je le sais à présent.

Un roman lumineux et enjoué, doux et léger comme une aile de papillon, à la poésie qui fond comme un bonbon sous la langue.

Les printemps sauvages de Douna loup

Olo, une enfant solitaire dans une nature bienveillante et une mère en repli dans des souvenirs douloureux. La quête commune du frère inconnu pour l’une et fils perdu pour l’autre les conduira à quitter les abords de leur mare et à prendre la route. Débutent quatre années d’une vie nomade, de nuits dans les bois à celles dans une cabane construite de leurs mains, de travail au grand air dans les champs aux boulots alimentaires à l’usine, de la verdure confortable de la forêt au gris inquiétant des villes…

Apprentissage des savoirs et des gestes au gré des lieux et des rencontres, croissance et puberté avec un corps à apprivoiser, les étapes de la vie de Olo s’enchainent dans un rapport omniprésent et profondément respectueux à la nature. Au terme de cette errance fondatrice, Olo devenue femme prend un premier envol et découvre l’amour dans les bras de Barnabée…

La rencontre avec un groupe d’activistes pacifistes et volontaires, prêts à inventer une vie pour “habiter” la terre sans l’abimer, le retour de son frère dans sa vie, anarchiste au noble sens du terme seront parmi les multiples sources venues nourrir et dessiner la philosophie de vie à laquelle Olo va aspirer…

Je marche sur les sentes sauvages du monde et je remercie la nature qui est l’image de cette coexistence simple et tranquille de tout, qui est la luxuriante variété des espèces, la toute acceptante, la terre ne refuse pas à un chardon là où l’homme refuse sa colère, ses pensées ou ses sensations.

Un roman inspiré, de Antoine Wauters à Baptiste Morizot… Un texte “manifeste” inspirant un infini respect pour le vivant sous toutes ses formes…Une presque certitude en refermant le livre : l’ensauvagement pourrait être l’étape ultime de l’humanité…

Le livre des deux chemins, de Jodi Picoult

Rescapée d’un accident d’avion, Dawn part sur un coup de tête en Égypte, sur le lieu de fouilles où elle avait travaillé, étudiante. De retour à Boston, reprend le cours de son ancienne vie alors qu’elle a failli s’interrompre. Elle retrouve son mari, sa fille, son travail d’accompagnatrice de fin de vie. Rien n’a changé, c’est toujours la même routine. Vraiment ?

Un roman passionnant qui distille égyptologie et physique quantique en interrogeant sur les choix qui orientent notre vie et les différents destins que nous aurions pu connaître.

Les anciens égyptiens pensaient que le chaos était le premier ingrédient indispensable de l’univers. Il pouvait tout balayer sur son passage, mais c’était aussi l’endroit où l’on pouvait repartir de zéro.”