Magnifica, de Maria Rosaria Valentini

Ada Maria grandit dans un petit village d’Italie encore marqué par la guerre. A la mort de sa mère, elle reste forte, prend la tête de la maison, s’occupe de son petit frère, de son père et, peu à peu, se rapproche de la maîtresse de celui-ci lorsqu’elle croise l’ombre d’un homme, soldat allemand resté terré dans les bois après la fin de la guerre. Entre peur et fascination, les jeunes gens vont s’apprivoiser.

Un récit délicat qui peint le portrait de femmes fortes dans un village reculé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.