Enfant de salaud, Sorj Chalandon

Je suis un enfant de salaud, mais pas à cause de tes guerres en désordre, papa, de tes bottes allemandes, de ton orgueil, de cette folie qui t’a accompagnée partout. Ni à cause des rôles que tu as endossés : SS de pacotille, patriote d’occasion, Résistant de composition. La saloperie n’a aucun rapport avec la lâcheté ou la bravoure. Non. le salaud, c’est l’homme qui a jeté son fils dans la vie comme dans la boue. sans traces, sans repères, sans lumière, sans la moindre vérité. … Qui a passé sa guerre, puis sa paix, puis sa vie entière à tricher et à éviter les questions des autres. Puis les miennes. Le salaud, c’est le père qui m’a trahi.

Le récit s’ouvre par une enquête sur la rafle des enfants d’Isieux, qui conduit au procès de Klaus Barbie. Le narrateur, journaliste, retrace ces évènements historiques tout en essayant de démêler sa propre histoire. Ou plutôt celle de son père, dont il ignore la vérité et son rôle dans le conflit.

J’ai besoin de savoir qui tu es pour savoir d’où je viens. Je n’ai plus l’âge de croire mais d’entendre. Cette vérité tu me la dois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.