Archives par mot-clé : Fantastique

Mers mortes, d’Aurélie Wellenstein

Dans un futur lointain, mers et océans ont disparus. Pour tout souvenir, la Terre est balayée toutes les six heures de marées fantômes, hantées par les spectres de créatures marines détruites par l’homme qui se vengent en emportant les âmes croisant leur route. Oural, jeune exorciste, est le seul rempart qui protège sa communauté. Mais bientôt un pirate aux idéaux fous l’emporte à ses côtés sur les terres désolées.

Un récit puissant et entraînant, au fort message écologique qui pointe l’irresponsabilité, l’égoïsme et la cruauté des hommes.

Mers mortes, d’Aurélie WELLENSTEIN

Couverture du livre Mers mortes

Imaginez un monde sans mers, sans océans, sans rivières, bref sans une goutte d’eau. C’est sur cette terre moribonde que vit Oural, jeune exorciste. Après la disparition de l’eau, le monde s’est également peuplé de marrées fantômes aspirant les âmes des vivants. Oural est le seul bouclier aux attaques des mers mortes sur les bastions des humains restants.

Mais l’apparition de pirates lancés dans une quête pour faire réapparaître les mers vivantes va bouleverser l’existence du jeune homme et le lancer dans une incroyable aventure de rédemption.

Un éclat de givre d’Estelle Faye

La nuit, Chet chante des vieux airs de jazz du XXe siècle dans les clubs d’un Montmartre à l’abandon. Le jour, il enchaîne les petites combines dans un Paris d’après la fin du monde, où survit entassé ce qui reste de humanité. Quand un beau frelot des bordures lui demande son aide pour remonter la trace d’une nouvelle drogue, il ne se doute pas qu’il va replonger dans les bas-fonds les plus sombres et tortueux de la ville et s’engager dans une lutte aux enjeux bien plus complexes qu’il n’y paraît.

Un roman magistral qui nous plonge dans un avenir noir, avec un héros désabusé mais habile à se glisser dans les milieux les plus retors.

Brindille t1: les chasseurs d’ombres

Elle a tout oublié, qui est-elle ? d’où vient-elle ?
Elle s’ est réveillée , dans une petite chambre, d’un village peuplé de petites créatures, se demandant ce qu’elle faisait là. A la recherche de ses souvenirs perdus , elle fait une belle rencontre lors de sa recherche, qui la guidera pas à pas .

J’ai apprécié dans  cette bande dessinée les dessins et le carnet de croquis à la fin. L’histoire est magnifique, il y a une bonne synchronisation entre les différents chapitres. Ce qui ma donné envie de le lire, c’est la couverture avec la jeune fille en premier plan et la forêt derrière elle, avec les créatures de l’ombre.

J’attends le tome 2 avec impatience !

Carlos Ruis ZAFON

Mélangeant intrigues policières, sentimentales et un brin de fantastique, cet auteur espagnol nous entraîne dans son univers sombre dont l’atmosphère pesante et envoutante se retrouve d’un roman à l’autre. Le lecteur est emporté à la suite de jeunes protagonistes pris malgré eux dans un engrenage infernal qu’ils essaient de contrer.
Même si tous les livres se lisent avec plaisir, les deux premiers parus en France L’ombre du vent et Le jeu de l’ange, sont les plus aboutis et les plus captivants. On y plonge corps et âme dès les premières lignes pour ne s’en séparer qu’à regrets à la toute fin.
 
 

Le jeu de l’ange

 
 

Dans la Barcelone des années 20, un jeune écrivain tourmenté par la vie accepte l’offre tentatrice d’un mystérieux éditeur. Emporté dans une spirale infernale, il prend peu à peu la mesure de l’être auquel il s’est vendu.

 

L’ombre du vent

 

 
C’est une histoire « de livres maudits, de l’homme qui les a écrits, d’un personnage qui s’est échappé des pages d’un roman pour le brûler, d’une trahison et d’une amitié perdue. Une histoire d’amour, de haine et de rêves qui vivent dans l’ombre du vent ». Et c’est l’histoire du jeune garçon qui a tiré tout ça de l’oubli…
 Une intrigue poignante qui nous plonge dans une sombre Barcelone de l’après-guerre civile.
 
 

Le prisonnier du ciel

 

 Alors que Firmin prépare son mariage, il doit se confronter à son passé sous la forme d’un mystérieux et sinistre inconnu. Il révèle alors à Daniel une sombre période de sa vie au début des années 40, lors de laquelle il a rencontré un certain David Martin…
Ce nouveau volet du cimetière des livres oubliés lie plus étroitement encore les personnages de L’ombre du vent et du Jeu de l’ange.
 
 

****

Marina

 
 

Nous sommes plongés dans un des sombres mystères de l’envoutante Barcelone de Zafon. Un noir secret entouré d’une aura de danger se dessine, mais on ne peut s’empêcher, à l’instar des personnages, de nous y plonger corps et âme.

 

 

***

Le palais de minuit

Le prince de la brume

Les lumières de septembre

 

 

 
 
 
 
 

La nuit des cannibales, de Gabriel KATZ

Maxime, 43 ans, directeur d’une agence de mannequins, se réveille un matin dans le corps d’Auber, 15 ans. En route pour le lycée, il cherche à comprendre ce qu’il lui arrive tout en gérant sa nouvelle vie d’ado et ses désagréments. Jusqu’à ce qu’on cherche à le tuer.
Le voilà embarqué malgré lui dans une lutte centenaire entre des loges ‘cannibales’, désignant ainsi ceux qui, comme lui, se retrouvent projetés dans le corps d’un autre…
Un thriller fantastique riche en rebondissements qui se lit d’une traite et surprend jusqu’à la fin.