Oh happy day, Boudoux et mourlevat

Après quatre ans de silence, Pierre-Marie reprend contact avec Adeline sous prétexte d’un carnet égaré. Cette dernière est en plein déménagement pour le Canada, peu encline à renouer avec celui qui l’a quitté sans explications. Mais la complicité est toujours là et ils se reprennent au jeu des échanges épistolaires…

Une suite entrainante au roman ‘Et je danse aussi’ des mêmes auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.