L’appel, de Fanny Wallendorf

Depuis l’enfance, Richard pratique, sans éclat mais avec persévérance, le saut en hauteur. Jusqu’au jour où il passe la barre sur le dos, nouveauté controversée et décriée mais qui lui permet d’améliorer sans cesse son record. Il travers la vie, les cours, les entraîneurs, les filles, la menace de la guerre au Vietnam, uniquement porté par son seul désir : suivre sa voix.

L’auteure s’inspire de l’exploit de Dick Fosbury pour donner vie à son héros qui pratique son sport sans ambition, juste parce qu’il aime ce qu’il fait, sa vie entière tournée vers sa concentration et sa compréhension du saut.

“[Le sport] c’est une question de vérité. Il faut trouver ce qui marche pour soi… Mon but c’est de trouver comment positionner mon corps au mieux au-dessus de la barre. Comment épouser les lois de la gravité. “l’athlète qui saute avec son esprit.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.