La terre demeure, de Georges R. Stewart

Coup de cœur de Pryscilla

Ish survit à une mystérieuse pandémie qui frappe la population. Jusqu’alors seul dans les montagnes, il découvre la disparition de la civilisation sans rien avoir vu des événements qui en sont à l’origine. Hébété et incrédule, il se lance sur les routes des États-Unis, de la Californie jusqu’à New-York, et son périple chaotique est prétexte aux premières observations. Il n’est pas le seul survivant et c’est en rebroussant chemin qu’il prendra la tête d’une petite communauté de rescapés.

La trame du roman ressemble à tant d’autres dans le registre de la fiction post-apocalyptique qu’on pourrait penser que cette œuvre de George R. Stewart n’a rien d’original, ce serait réducteur.

Le roman publié en 1949 (contemporain de 1984) est une réflexion d’une modernité terrifiante sur l’humanité et sa fin. Croissance exponentielle de la population et consommation irraisonnée des ressources sont déjà au cœur des interrogations de l’auteur. La place de la femme dans la société, celle des « Noirs, » l’opposition entre intellectuel et manuel, tout y passe et force est de constater qu’en 70 ans rien n’a franchement changé.

Le monde animal reprend ses droits dans des paysages redevenus sauvages et la désurbanisation est à l’œuvre, que reste t-il des « Américains » ? Des livres que plus personnes ne sait lire et dont les contenus ne sauront servir de point de départ à une nouvelle humanité… des vestiges d’une société disparue que les survivants « consomment » sans chercher à en percer les secrets… des bribes éparses de religions et de superstitions… une langue dont la majorité des mots ne font plus sens… Attentistes, partisans du moindre effort, voilà ce que nous dit Stewart de « ces hommes d’après », réjouissant !

Georges R. Stewart (1895-1980), spécialiste de toponymie et professeur d’anglais, est l’auteur de 27 ouvrages de fiction, toponymie, anthropologie et histoire américaine.

« Peut-être étaient-ils trop nombreux, les êtres humains, les vieux systèmes de pensées, les livres. Peut-être les ornières de la pensée étaient-elles devenues trop profondes et les restes du passé étaient-ils trop encombrants, comme des tas d’ordures ou des vieux vêtements. Pourquoi le philosophe ne se réjouirait-il pas de voir tout effacé d’un coup d’éponge ? Alors les hommes repartiraient de zéro et joueraient le jeu avec de nouvelles règles. Qui sait si le gain ne serait pas plus grand que la perte ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.