Archives de catégorie : Littérature

L’ile des femmes de la mer, de Lisa See

Mi-ja et Young-sook ont grandi sur l’île de Jeju au large de la Corée. Elles font parti de la communauté des haenyeo, femmes plongeuses aux capacités exceptionnelles. Leur amitié se construit dès l’enfance mais sera mise à rude épreuve par la vie et la dure oppression des différents colons et dirigeants.

A travers la vie mouvementée des habitants de l’île, on découvre l’histoire de la Corée entre occupation japonaise puis américaine et la succession des gouvernements, qui ont déchiré et marqué le pays jusqu’à nos jours.

Un très beau roman, portée par des héroïnes fortes et complexes, au sein d’une société matrifocale dont les coutumes sont intéressantes à découvrir.

Comment tout a commencé, de Pete Fromm

Austin a grandi en plein désert texan, noyé dans la passion du baseball de sa sœur aînée. Abilene rêve d’en faire le plus grand des lanceurs et l’entraîne avec acharnement, repoussant ses limites. Austin lui vous une admiration sans failles. Au point de ne pas voir les fissures derrières ses lubies, son exubérance, ses sautes d’humeur. La maladie qui se profile, et éclate.

Un livre fort, poignant, qui nous plonge dans l’intimité d’un adolescent ballotté entre questionnements, rejets et acceptation, aveuglé par son adulation pour sa sœur, dont la bi-polarité complexe ébranle toute la famille.

Vous voulez tout savoir sur Ab’lene ? Sur Ab’lene et moi ? Vous voulez savoir comment tout a commencé ? Eh bien, je ne peux pas vous le dire. Je n’en ai pas la moindre idée.

Combien de pas jusqu’à la lune ? de Carole Trebor

Dans les années 1920, en Virginie occidentale, Joshua et Joylette habitent une modeste ferme avec leurs quatre enfants, à qui ils transmettent leur curiosité du monde et une dignité teintée de modestie. « Vous êtes aussi bons que n’importe qui dans cette ville, mais vous n’êtes pas meilleurs. », ne cesse de répéter le père. Katherine, la benjamine, passe ses journées à compter. Elle calcule le nombre de pas pour aller à l’école, mesure la hauteur des arbres, se questionne sur la distance qui sépare la Terre de la Lune… Grâce à ses capacités exceptionnelles, elle entre au lycée à 10 ans, puis obtient ses diplômes universitaires à 18. Elle commence ensuite une carrière de professeure, mais c’est un autre avenir qui l’attire…

Dans une Amérique où les droits des Noirs et des femmes restent encore à conquérir, elle trace consciencieusement sa route dans l’ingénierie aérospatiale à la NACA puis à la NASA. Et au fil des ans, malgré les réticences d’un milieu masculin marqué par la ségrégation et une forme de misogynie, elle prouve sa légitimité par l’exactitude de ses équations et l’ingéniosité de ses raisonnements. Et c’est à elle qu’en 1962, l’astronaute John Glenn demande de vérifier la justesse des calculs de sa trajectoire avant de partir en orbite autour de la Terre. Sept ans plus tard, on lui confie le calcul de la trajectoire d’Apollo 11. Objectif visé : la Lune. Dans l’ombre des hommes, Katherine fait, à sa manière, également décoller les droits des femmes et des Noirs.

Un superbe roman qui retrace le parcours d’une femme exceptionnelle.

Le chœur des femmes, de Martin Winckler

Jean Atwood doit exercer pendant six mois dans l’unité 77 du docteur Franz Karma, dédiée à la médecine des femmes. Une cohabitation qui promet d’être conflictuelle entre le médecin, attentif aux femmes, à l’écoute de ce qu’elles ont à dire, et l’interne, qui se borne à l’aspect clinique et est plein de préjugés.

Un très beau texte, profondément humain, qui donne la parole aux femmes, à ce qu’elles subissent, aux violences médicales dont elles sont victimes, dans un système de santé très déshumanisé.

Oh happy day, Boudoux et mourlevat

Après quatre ans de silence, Pierre-Marie reprend contact avec Adeline sous prétexte d’un carnet égaré. Cette dernière est en plein déménagement pour le Canada, peu encline à renouer avec celui qui l’a quitté sans explications. Mais la complicité est toujours là et ils se reprennent au jeu des échanges épistolaires…

Une suite entrainante au roman ‘Et je danse aussi’ des mêmes auteurs.

Et je danse aussi, Mourlevat et bondoux

Pierre-Marie, romancier à succès, reçoit une lettre volumineuse d’une certaine Adeline. Il lui écrit pour renvoyer, sans le lire, ce qu’il prend pour un manuscrit, et une correspondance régulière naît chez ces deux inconnus : une amitié faite de confidences d’autant plus faciles derrière son clavier, mais aussi de mensonges…

Un roman épistolaire léger avec des personnages attachants dont la relation se complexifie au fil des échanges.

Vania, Vassia et la fille de vassia, de macha Meril

En pleine Corrèze une communauté de cosaques s’est installée en attendant de pouvoir rentrer dans leur pays. Des hommes déracinés qui vivent repliés, emprunts de tradition et de solidarité. Mais les années passent, les temps changent et la guerre arrive. Les plus jeunes veulent s’intégrer, alors que d’autres veulent conserver leur identité russe, que ce soit en prenant le parti de la République Française ou en s’engageant dans le combat contre Staline, quel qu’en soit le prix.
Un roman qui nous entraine dans une Europe aux prise avec la seconde guerre mondiale, sur les traces d’une communauté qui se déchire pour préserver ses idéaux.

Le libraire de Cologne, de Catherine Ganz-Muller

Cologne, Allemagne. 1934.
Poussé à l’exil par les lois anti-juives, le libraire Alexander Mendel est obligé de s’exiler en France avec sa famille. Il confie sa Librairie à son jeune employé, Hans Schreiber.
Par fidélité à son mentor et par haine du régime nazi, Hans décide de se battre, malgré les menaces et les bombes, pour que la Librairie continue à vivre dans cette période tragique.

Le combat d’un libraire, héros ultime d’un pays où règnent la haine et la terreur, qui tente de faire triompher les livres… et la liberté.

Basé sur une histoire vraie.

Ma résistance aux nazis est de continuer à ouvrir la librairie tous les jours et à la faire fonctionner.”