Archives de catégorie : Littérature

Gare à Lou, de Jean Teulé

Une beau jour la jeune Lou, 12 ans, découvre qu’elle peut, d’un souhait, faire tomber les pires calamités sur la tête de ceux qui la contrarient. Le chef de l’état l’enlève alors pour l’enfermer avec les trois chefs de guerre et faire de son don une arme au service du pays. Mais tout ne se déroule pas comme prévu.

Un texte complètement loufoque dans la veine du Magasin des suicides.

Un peu, beaucoup, à la folie, de Liane Moriarty

Cela aurait dû être un barbecue ordinaire d’un dimanche ensoleillé. Mais quelque chose à mal tourné et trois familles en ressortent bouleversées, leur amitié mis à mal. Que s’est-il passé ?

L’auteure nous fait revivre cette terrible journée par petites touches et nous plonge dans le quotidien de couples ordinaires dont l’apparent bonheur se pique de petits mensonges.

Derniers mètres jusqu’au cimetière, d’Antti Tuomainen

A 37 ans, Jaakko apprend qu’il va mourir : il est empoisonné à son insu depuis longtemps et il ne lui reste que peu de temps à vivre. De retour chez lui, il découvre que sa femme le trompe et qu’une entreprise concurrente essaie de débaucher ses employés. Bien décidé de mettre à profit ses derniers jours, il se lance dans une enquête, parsemée de cadavres accidentels, sur sa propre mort.

Un roman loufoque et réjouissant au cœur de la Finlande.

Les gratitudes, de Delphine de Vigan

Ancienne correctrice, Michka entre en maison de retraite, le langage de plus en plus perturbé. Les mots lui échappent, se confondent, disparaissent…
Il y a Marie, une jeune femme, presque comme sa fille, qui lui rend visite, ainsi qu’un orthophoniste chargé de retarder l’échéance, qui travaille sur les mots mais aussi le silence, les non-dits, les souvenirs qui ressurgissent.
La bataille est perdue d’avance, mais il faut lutter. Mot à mot. Ne rien céder. Pas une syllabe. Sans le langage, que reste-t-il ?

Beignets de tomates vertes, de Fannie FLAGG

Couverture du livre "Beignets de tomates vertes"

Sous ce titre culinaire se cache en réalité deux histoires terriblement attachantes. D’un côté, nous avons Evelyn Couch, quarantenaire des années 80 qui s’ennuie dans sa petite vie de femme au foyer et qui va rencontrer Ninny Threadgoode lors d’une visite dans une maison de retraite. De l’autre, Idgie Threadgoode et son amie Ruth dirigent un café au fin fond de l’Alabama, dans les années 30. Elles doivent faire face à la crise, au racisme et à la violence

A travers les histoires racontées par Ninny, Evelyn va progressivement retrouver courage et goût à la vie

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de M. A. SHAFFER et A. BARROWS

A travers un échange de lettres entre une jeune écrivain, Juliet, et les habitants de Guernesey, on découvre la vie de cette île pendant la seconde guerre mondiale.

Correspondances, témoignages de guerre et amitiés se mêlent, ponctués d’une touche d’humour. Un très bon moment de lecture.

La femme qui ne vieillissait pas, de Grégoire Delacourt

”J’ai regardé mon visage, ce visage de quinze ans de moins que moi, et j’ai pensé avec mélancolie à ces femmes qui donnent tout pour ce qui est en réalité une malédiction”

Ce beau texte teinté de mélancolie offre une réflexion sur le temps qui passe, la manière dont chacun l’appréhende et sur les âges de la vie qui apportent leurs lots de joies, plaisirs et peines.

Du haut de mon cerisier, Paola Peretti

Mafalda aime son chat, grimper dans son cerisier, jouer au foot, regarder les étoiles. A 9 ans, elle sait qu’il ne lui reste plus que quelques mois avant le noir.

Cette petite fille courageuse affronte ses peurs et la maladie, à la recherche de son “essentiel” qu’elle pourra faire même sans les yeux.

Un roman magnifique, simple et touchant, plein de tendresse et de poésie.

Edmond

Bienvenue à Paris en 1897, aux côtés d’un jeune dramaturge qui, après l’échec de ses dernières pièces, tente de convaincre le grand acteur Constant Coquelin de tenir le rôle principal de sa prochaine pièce. Seul petit problème : rien n’est encore écrit ! En quelques jours, malgré la pression du directeur de théâtre et les caprices des acteurs, Edmond de Rostand parviendra à rédiger l’une des pièces les plus jouées et les plus connues de notre époque : Cyrano de Bergerac !

Léonard Chemineau en donne ici sa version en bande-dessinée, d’après la pièce d’Alexis Michalik, également adapté au cinéma. C’est une véritable réussite sur tous les supports !!

Libertango de Frédérique GEGHELT

A l’occasion d’entretiens pour un documentaire, un chef d’orchestre revient sur sa carrière, sa vie, son combat pour faire oublier sa différence et imposer sa vision de la musique. Car Luis est né handicapé mais a reçu en retour le don de la musique. Lui qui boite et peine à s’exprimer, il se déploie et donne toute sa mesure lorsque, baguette en main, il « joue de l’orchestre. »

Avec Luis on pénètre dans l’univers impitoyable des orchestres de musique classique.

Un très beau texte malgré quelques longueurs, plein de sensibilité qui parle du combat d’un homme pour se construire malgré sa différence. L’écriture fluide alterne les narrateurs et les temps pour se déployer comme une symphonie  dont les voix sont les échos de celle, juste, sensible et profonde, de l’auteur qui partage son rapport intime à la musique et sa capacité à pénétrer le cœur des hommes