Archives de catégorie : Elodie a lu

Hors-la-loi, d’Anna North

Dans l’ouest américain de la fin XIXe, très croyant et traditionaliste, la jeune Ada commence une vie pleine de promesses. Mais après plusieurs mois de mariage sans tomber enceinte, elle est déclarée stérile et accusée de porter malheur aux futures mères. Obligée de fuir, elle trouve refuge dans le Gang du Hole-in-the-Wall et devient une hors la loi.

Un western féministe aux côtés de femmes rejetées par la société et d’une héroïne éprise de justice ainsi que d’une soif de connaître, comprendre et soigner les maux des femmes pour qu’elles ne soient plus stigmatisées par l’ignorance et les superstitions ni réduites uniquement à leurs ventres inféconds.

Mon acrobate, Cécile Pivot

A la mort de sa petite fille, Izia est effondrée. Plus rien ne la touche. Elle ne retient pas son mari qui part, se coupe du monde, seule avec son chagrin et le souvenir de Zoé. Jusqu’à cette idée qui la pousse à sortir, aider les proches de disparus à vider leurs maisons. Cette activité atypique entraîne des rencontres qui vont l’aider à avancer, à accepter.

Un beau roman, émouvant, sur une reconstruction suite à l’insurmontable perte d’un enfant, sur l’amour d’un couple qui persiste dans les petits riens, sur la vie qui reprend son cours, doucement.

Le soldat désaccordé, de Gilles Marchand

Ancien combattant, incapable de tourner dos à la guerre, le narrateur y replonge à travers ses enquêtes pour retrouver un disparu, réhabiliter une victime, soulager les familles et leur attente. Au milieu des horreurs, il remonte les traces d’une mystérieuse fille de la lune et celles d’un soldat amoureux, “Cette histoire d’amoureux disparu, ça me permettait de me retourner sur cette guerre avec l’espoir de trouver un peu de beau dans tout ce merdier.

Un beau roman plein de poésie et de tendresse malgré les horreurs, qui nous plonge dans la grande guerre mais aussi dans les années d’après.

L’heure des oiseaux, de Maud Simmonot

Dans l’orphelinat de Jersey, Lily et le Petit subissent, comme tant d’autres, brimades et abus en tout genres. A la moindre occasion, Lily s’échappe dans le parc, entourée de nature, et rêve sa vie.

La narratrice arrive sur l’île en quête de traces, de témoignages de cette histoire enfouie derrière les hauts murs de l’orphelinat qui avaient dissimulé au monde la violence de ce qui se déroulait à l’intérieur.

Un roman délicat et lumineux qui déroule son fil par petites touches et dévoile un scandale rapidement étouffé pour que l’île retrouve sa tranquillité.

Le goûter du Lion, d’Ito Ogawa

“Le bonheur, c’était de couler des jours ordinaires, à se plaindre juste un peu, sans se rendre compte que l’on était heureux.”

Gravement malade, Shizuku choisit de finir sa vie dans La maison du Lion, un lieu apaisant, sans acharnement, qui accompagne et apaise pour offrir une fin heureuse. Aux côté des bénévoles et des autres pensionnaires, elle commence sa nouvelle vie, prête à profiter de chaque instant, notamment lors du fameux goûter du dimanche, qui réunit tout le monde autour d’un dessert d’enfance, riche en saveurs comme en souvenirs.

Une très beau roman, délicat et poétique, aux côtés d’une jeune femme qui apprivoise la mort en apprenant à vivre pleinement.

“Accepter la mort, c’était aussi accepter son désir de vivre, de vivre le plus longtemps possible.. en vivant pleinement jusqu’à l’heure de ma mort, j’aillais accomplir ma vie.”

Consolée, de Beata Umubyeyi Mairesse

Consolée grandit au Rwanda, enlevée au siens et confiée à un orphelinat qui prend en charge les enfants “mulâtres”. Astrida, touchée par Alzheimer, perd l’usage du français et ne s’exprime que dans une langue inconnue qui l’isole de plus en plus. Quand Ramata arrive dans la maison de retraite pour son stage de thérapeute, elle se prend d’affection pour cette vieille dame et tente de comprendre qui elle est et d’où elle vient.

A travers trois destins croisés, entre racisme, exil et quêtes d’identités, le livre retrace une part sombre et méconnue de l’histoire de la Belgique coloniale.

Le parfum de l’exil, d’Ondine Khayat

“Taline appartenait à une chaîne humaine. Des êtres incarnés les uns après les autres, dont le vécu laissait des empruntes indélébiles… Elle portait en elle les stigmates des horreurs perpétuées contre les siens et, quoi qu’elle fasse, elle ne pouvait y échapper. Il lui fallait s’y confronter.”

Une belle lecture qui nous entraîne aux côté d’une jeune femme confrontée au passé de sa grand-mère arménienne dont elle découvre l’histoire et les tragédies…

J’ai laissé des morceaux de mon coeur sur les routes tortueuses de ma vie. Ils se sont pris dans les buissons du doute et sont restés suspendus aux mûriers du désespoir.

Tandem, de Jean-Yves Beaujois

Et si notre campagne n’était pas aussi tranquille qu’on le soupçonne ?

Jonas est un quarantenaire qui mène une existence paisible, entre sa passion des plantes et les moments passés avec son amie Évelyne.
George est un homme simple et rustre, très fier de son emploi d’homme touche-à-tout au camping de Volonne. Il y croise Baptiste et Adèle qui y séjournent pour retenter la soudure de leur couple et découvrir les environs.
Un beau matin, un cadavre est trouvé dans la Durance et perturbera la tranquillité des habitants de ce petit village des Alpes-de-Haute-Provence. Le lieutenant de gendarmerie Calam et ses coéquipiers sont chargés de cette affaire, peu habituelle dans leur campagne et qui se révélera plus complexe que prévu.

Un roman qui mêle enquête et vie quotidienne, et nous emmène dans les décors familiers d’un village en bord de Durance.

L’arbre de colère, de Guillaume Aubin

Je suis une montagne, je suis une Peau-Mêlée.

La naissance de Fille-Rousse est entourée de mystère. Elle grandit dans une tribu amérindienne, fille qui partage les jeux des garçons, et sera reconnue comme Peau-Mêlée, un être à part, homme et femme à la fois, reconnue comme telle par certains et mis à l’épreuve par d’autres.

J’ai gagné de vivre encore avec les arbres et pas devant ma tente. Il dit aux autres que c’est moi qui ai triché. Il dit que j’ai menti. […] Est-ce qu’il me faut regagner chaque jour mes droits ? Est-ce qu’il faut se battre cent fois sans jamais trébucher ? Non. j’ai joué selon les règles, et j’ai gagné.

Un premier roman sur les traces d’une jeune fille en quête de liberté et d’identité, qui nous fait découvrir les tribus semi-nomades des Premières Nations canadiennes, entre l’amour des familles et la violence des rites et des combats, entre traditions ancestrales et évolution forcée par l’arrivée des Européens.

Je me trouve sur une plage,d’où je peux regarder l’île en face. Le soir se rapproche. le soleil glisse lentement. Semble ne jamais vouloir s’échapper. Les nuages se gorgent de couleurs. Devant moi, sur l’île, il y a cette roche heureuse de recevoir le ciel. Cette falaise miroir. Je laisse mes yeux entrer dans une faille qui court. Ils y entrent si profond que je sens la puissance de la pierre. Comme si mes yeux étaient une main immense qui caresse. La faille n’est plus là-bas, elle est là, sur mes doigts. Elle est là, dans mon ventre.

Ce qui vient après, de Joanne Topkins

Jonah se suicide en avouant le meurtre de son ami Daniel. La vie des familles de ces adolescents éclate face à ses drames inexplicables. Arrive Evangeline, jeune fille sans-abri et enceinte, qui va mettre de la lumière dans la vie d’Isaac qui la recueille et de Lorrie.

Un roman poignant et lumineux où trois êtres blessés vont devoir affronter leurs souvenirs et les douleurs sourdes du passé pour se reconstruire.