La femme qui ne vieillissait pas, de Grégoire Delacourt

”J’ai regardé mon visage, ce visage de quinze ans de moins que moi, et j’ai pensé avec mélancolie à ces femmes qui donnent tout pour ce qui est en réalité une malédiction”

Ce beau texte teinté de mélancolie offre une réflexion sur le temps qui passe, la manière dont chacun l’appréhende et sur les âges de la vie qui apportent leurs lots de joies, plaisirs et peines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.