Archives de catégorie : ♥ Le choix de la libraire ♥

Le diamant du dieu crocodile, d’Evelyne Brisou-Pellen

Dans l’Égypte ancienne, le jeune Téos a le rôle important de s’occuper et de nourrir le crocodile sacré. Un jour, son père disparait et il découvre que la statuette du Dieu Sobek a été volée… Avec son amie Tiy, ils mènent leur enquête dans une aventure où il devront risquer leur vie pour sauver la vallée du Nil !

Un roman entrainant qui nous plonge dans l’Égypte antique.
A lire à partir de 8 ans.

Karmen, de Gillem March

Palma de Majorque.
Catalina est jeune femme superbe qui a, aux yeux de son entourage, tout pour être heureuse. Des parents aimants, une colocataire sympa et un ami d’enfance, Xisco, bien présent dans sa vie. Oui, mais…
Alors qu’elle vient de se trancher les veines dans sa salle de bain, débarque Karmen, être surnaturel aux cheveux roses, fonctionnaire de l’au-delà chargée d’accompagner les âmes entre le moment de leur mort et leur réincarnation.
La vie de Catalina, ignorée des vivants, se poursuit entre rêve et réalité et son « ange gardien », retors à l’autorité de sa hiérarchie divine, semble bien décidée à lui faire ouvrir les yeux sur ce qu’était la réalité de sa vie.

La couleur d’une âme perdue peut-elle changer ? Peut-on changer le cours d’une destinée avant qu’il ne soit trop tard ? Existe t-il une seconde chance ?…
Autant de questions ouvertes par Guillem March dans cette histoire originale et graphiquement très réussie.

http://guillemmarch.blogspot.com/

La terre demeure, de Georges R. Stewart

Coup de cœur de Pryscilla

Ish survit à une mystérieuse pandémie qui frappe la population. Jusqu’alors seul dans les montagnes, il découvre la disparition de la civilisation sans rien avoir vu des événements qui en sont à l’origine. Hébété et incrédule, il se lance sur les routes des États-Unis, de la Californie jusqu’à New-York, et son périple chaotique est prétexte aux premières observations. Il n’est pas le seul survivant et c’est en rebroussant chemin qu’il prendra la tête d’une petite communauté de rescapés.

La trame du roman ressemble à tant d’autres dans le registre de la fiction post-apocalyptique qu’on pourrait penser que cette œuvre de George R. Stewart n’a rien d’original, ce serait réducteur.

Le roman publié en 1949 (contemporain de 1984) est une réflexion d’une modernité terrifiante sur l’humanité et sa fin. Croissance exponentielle de la population et consommation irraisonnée des ressources sont déjà au cœur des interrogations de l’auteur. La place de la femme dans la société, celle des « Noirs, » l’opposition entre intellectuel et manuel, tout y passe et force est de constater qu’en 70 ans rien n’a franchement changé.

Le monde animal reprend ses droits dans des paysages redevenus sauvages et la désurbanisation est à l’œuvre, que reste t-il des « Américains » ? Des livres que plus personnes ne sait lire et dont les contenus ne sauront servir de point de départ à une nouvelle humanité… des vestiges d’une société disparue que les survivants « consomment » sans chercher à en percer les secrets… des bribes éparses de religions et de superstitions… une langue dont la majorité des mots ne font plus sens… Attentistes, partisans du moindre effort, voilà ce que nous dit Stewart de « ces hommes d’après », réjouissant !

Georges R. Stewart (1895-1980), spécialiste de toponymie et professeur d’anglais, est l’auteur de 27 ouvrages de fiction, toponymie, anthropologie et histoire américaine.

« Peut-être étaient-ils trop nombreux, les êtres humains, les vieux systèmes de pensées, les livres. Peut-être les ornières de la pensée étaient-elles devenues trop profondes et les restes du passé étaient-ils trop encombrants, comme des tas d’ordures ou des vieux vêtements. Pourquoi le philosophe ne se réjouirait-il pas de voir tout effacé d’un coup d’éponge ? Alors les hommes repartiraient de zéro et joueraient le jeu avec de nouvelles règles. Qui sait si le gain ne serait pas plus grand que la perte ? »

Les naufragés de la Méduse, par Jean-christophe Deveney et Jean-sebastien Bordas

Le peintre Géricault est hanté par le naufrage du vaisseau la Méduse et veut en faire un sujet de peinture, un projet qui va le happer corps et âme. En parallèle, on découvre la réalité historique ayant conduit à ce naufrage, une épopée tragique dont seuls quelques survivants pourront témoigner.

Une BD magnifiquement illustrée à l’aquarelle, qui croise habilement les deux récits jusqu’à les fondre.

La bête, Zidrou et Frank Pe

Belgique, années 50. Le jeune François grandit rejeté par ses camarades, car il est le fils bâtard d’un soldat allemand. Il recueille les animaux blessés qui croisent sa route et vit avec sa mère entouré d’une singulière de ménagerie qui illumine son quotidien. Un jour, il découvre une étrange créature semblant n’appartenir à aucune espèce connue.

Un récit sombre mais ponctué de belles scènes, ancré dans l’histoire, qui nous fait découvrir un marsupilami inédit, sauvage et féroce.

Malgré tout, de Jordi Lafebre

37 ans après leur première rencontre, Anna et Zeno se retrouvent, enfin. Par petites scènes, on remonte le fil de leur histoire d’amour, menée en parallèle de leur vies respectives, instants de complicités, de passions et de tendresses, jusqu’à leur première rencontre.

Ce magnifique roman graphique met en scène une belle histoire d’amour atypique. On remonte dans le temps sur leurs traces pour mieux reprendre la lecture dans le sens chronologique sitôt terminée !

Histoire du fils, Marie-Hélène Lafon

Coup de cœur d’Élodie

André est le fils de Gabrielle, mère lointaine et intermittente, avec ses silences et ses grands airs, et de Paul, père fantôme dont il apprendra tardivement l’existence. Mais il y a sa tante Hélène, qui l’a élevé comme un fils avec son mari Léon, et les cousines comme des sœurs, puis Juliette et Antoine.

Le récit déroule, en douceur et par petites touches, les moments forts de cette famille ancrée entre Lot et Cantal, ses bonheurs comme ses silences pesants.

Suzuran, d’Aki Shimazaki

Coup de cœur d’Élodie

Depuis son divorce, Anzu se consacre à son art de la céramique. Elle mène une vie apaisée entre son fils, son ex-mari, ses parents vieillissants, jusqu’à ce que sa sœur aînée revienne leur présenter son futur beau-frère.

Un roman plein de poésie, de douceur et de délicatesse à l’image de la fleur qui lui donne son nom : Suzuran, le muguet, évoque ces boules à neige abritant de minuscules paysages : il suffit de les secouer pour que se lève la tempête…

Entre deux mondes, d’Olivier Norek

Bastien vient d’être muté à Calais et découvre une ville marquée par la présence de la Jungle voisine, univers sans loi où les autorités n’ont pas prise. Il va croiser la route d’Adam, migrant et ancien flic qui se raccroche à son métier pour ne pas sombrer dans la folie, suite à la disparition des siens.

Un roman noir qui nous immerge dans la complexité de la Jungle de Calais, entre violence et humanité, qui suscite des sentiments forts et contradictoires de révolte, de colère, d’impuissance ou de résignation.

Fin de saison, de Thomas Vinau

Coup de cœur de Pryscilla

« Qu’est-ce qui nous tient quand tout s’écroule ? »

Il existe des gens auprès desquels on se dit qu’on aurait toutes les chances de survivre à la fin du monde, Victor, n’en fait pas partie. Loser magnifique, fainéant jusqu’à l’art d’en vivre, bricoleur picoleur du quotidien, cet anti-héros ne nous vend pas du rêve. Reclus dans sa cave alors que les éléments se déchaînent, coincé entre la cuve à fioul et les cartons prêts pour le prochain vide grenier, avec pour seuls compagnons d’infortune un chien et Cono le lapin, ses chances d’être celui qui sauvera le monde et ses proches sont minces.

Dans ce roman où l’humour noir et l’ironie côtoient la poésie qui le caractérise, Thomas Vinau, nous livre les états d’âmes et réflexions d’un « monsieur tout le monde » confronté à l’effondrement. Évidemment, on s’y retrouve ! On aimerait pouvoir se convaincre que dans la même situation, on serait de ceux qui prennent les choses en main. Mais, il y a fort à parier qu’à l’image de Victor, bon nombre choisirait la gnôle et les conserves de grattons de canard.

Auteur génialement protéiforme, (romans, nouvelles, jeunesse et poésie entre autres) Thomas Vinau n’en finit pas de nous étonner. Ne passez pas à côté de ce livre, lucide contre pied à notre époque dopée à l’efficacité et aux résultats, vous sourirez, vous rirez et, même, vous réfléchirez !

Aux lecteurs charmés, à ceux qui ne le connaîtraient pas encore, à tous, le magnifique « Ici ça va » du même auteur est disponible aux éditions 10/18.

« Mais non monsieur, tu veux te plaindre, tac tac, on te fout une fin du monde. T’auras des bonnes raisons de chialer comme ça. Ah tu crois que le temps qui passe est une saloperie ? Tu vas voir qu’il y a pire mon cochon. Bien pire. »

Le blog de l’auteur, c’est ici : http://etc-iste.blogspot.com/